Accueil       Fonctionnalités       Plan du site      English

Image is not available
Slider

btn videos engbtn articles engbtn courses eng

Gare aux bancs de neige sur la piste!

Le 14 mars 1997, un Boeing 727 vide revenait de Winnipeg, au Manitoba, en direction de Hamilton, en Ontario. L'équipage effectuait une approche aux instruments sur la piste 12L de l'aéroport international de Hamilton, les opérations de déneigement ayant été interrompues afin de permettre à l'appareil d'atterrir. L'appareil a touché le sol dans l'axe de la piste verglacée de 200 pieds de large et a dérivé sur la droite vers la neige et la neige fondante recouvrant la portion non nettoyée de la piste. L'appareil a continué sa route dans les contaminants accumulés le long du côté droit de la piste jusqu'à ce que le train d'atterrissage droit heurte deux bancs de neige de trois pieds de haut situés perpendiculairement à l'entrée de la voie de circulation G (voir schéma). Le train principal droit s'est replié vers l'arrière à la suite de ce choc contre les deux bancs de neige.

Lors que le train principal droit a cédé, l'aile droite s'est abaissée et le longeron d'aile s'est affaissé sur les deux pneus principaux droits. L'extrémité de l'aile a touché le sol et a arraché, en glissant, plusieurs feux de bord de piste. L'appareil a tourné sur la droite et est venu s'immobiliser sur la voie de circulation C. Les trois membres d'équipage n'ont pas été blessés et ont pu sortir de l'appareil par la porte avant gauche en utilisant une corde d'urgence. L'appareil a été lourdement endommagé.

Dans son rapport final A97H0003, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a déterminé que l'appareil avait dérivé sur la droite de la piste contaminée en raison de vents de travers plus forts que ceux annoncés. L'appareil a heurté des bancs de neige laissés sur la piste au cours des opérations de déneigement et le train principal droit a cédé en surcharge. Parmi les facteurs ayant contribué à l'incident, notons aussi le fait que l'équipage a utilisé une vitesse de vent anormalement basse dans ses calculs d'atterrissage et le fait qu'un conducteur d'équipement de déneigement n'a pas signalé les bancs de neige présents sur la piste parce que certains membres du personnel au sol ou de la tour croyaient que la portion non nettoyée d'une piste était interdite aux appareils.

Dans ses conclusions, le BST a également indiqué que l'anémomètre de l'aéroport indiquait une vitesse de vent inférieure à la réalité en raison d'une accumulation de glace. Bien que la tour ait indiqué à l'équipage que la vitesse réelle du vent pouvait être supérieure à celle indiquée, c'est cette dernière que l'équipage a utilisée dans ses calculs de vents de travers.

Transports Canada (TC) a formé un groupe de travail chargé d'examiner le problème des performances des turboréacteurs sur des pistes humides ou contaminées. Son rapport final, qui recommandait une modification du RAC, est désormais entre les mains du Comité technique sur l'utilisation d'aéronefs dans le cadre d'un service aérien commercial, qui doit l'examiner. Si les modifications recommandées sont acceptées, les équipages devraient être mieux informés des conditions au sol lorsqu'ils effectuent des vols à partir ou à destination de pistes contaminées.

Le BST a envoyé un avis de sécurité au Comité du service de l'environnement atmosphérique (CSEA) sur les mesures erronées fournies par les anémomètres pris dans la glace, soulignant l'importance de pouvoir obtenir des informations précises sur le vent, tout particulièrement en cas de mauvais temps ou de pistes glissantes. Dans sa lettre au BST, le CSEA a répondu que les essais de nouveaux anémomètres insensibles à la glace venaient de débuter en vue de leur homologation dans le système de navigation aérienne du Canada. Étant donné qu'il y avait également eu un malentendu entre les employés de l'aéroport sur le fait de savoir si une portion de piste non dégagée était ou non interdite aux appareils, un avis de sécurité relatif aux bancs de neige sur les pistes en service a aussi été envoyé à TC. Le ministère a répondu qu'il était actuellement en train de réviser les règlements et les normes s'appliquant aux aéroports et qu'il y inclurait des exigences plus strictes en matière de déneigement et de déglaçage des aéroports. En plus de l'Avis aux navigants publié le 29 janvier 1998 dans l'A.I.P. Canada, intitulé « Opérations d'hiver : mise en garde contre les amoncellements de neige », TC a publié le 9 novembre 1998 la Circulaire d'information de la Sécurité des aérodromes 98-003, intitulée « Entretien des pistes en service en hiver ». L'objectif de cette circulaire vise à mettre l'accent sur la sensibilisation à l'entretien des pistes en service en hiver et à recommander aux exploitants d'aéroports de passer en revue les sections de leur plan de déneigement et de déglaçage relatives aux opérations de déneigement et aux comptes rendus de l'état de la surface de la piste.

En association avec l’:

aopa logocopa logo

sar logo

Nous tenons à souligner le soutien financier du gouvernement du Canada tout particulièrement le Fonds des nouvelles initiatives en Recherche et sauvetage (FNI RS)